À Saint-Jérôme, l’association des cadres facilite
les communications avec la Ville


La Ville de Saint-Jérôme est la capitale des Laurentides. Avec ses quelque 64 000 habitants, elle est la 12e ville en importance au Québec. La municipalité emploie près de 500 personnes dont un peu plus de 50 sont des cadres municipaux. À l’exception des cadres de niveau supérieur, les cadres municipaux de la Ville sont regroupés en Association. Ils y adhérent de façon volontaire. « Nous rencontrons les nouveaux cadres et leur présentons le rôle et les services de l’association de cadres. Jusqu’à maintenant, ils adhèrent tous sans exception. » explique Claudine Richer, vice-présidente de l’Association de cadres de Saint-Jérôme et coordonnatrice des services au public pour les bibliothèques de la municipalité.

L’Association de cadres de Saint-Jérôme facilite les communications entre la direction et les cadres municipaux. « Lors des fusions municipales, la municipalité fusionnée négociait avec nous. Nous avons étudié les ententes en relation de travail qui existaient déjà dans chacune des villes et nous en avons proposé une seule uniformisée à l’administration de la nouvelle ville. Après des rencontres de discussions courtoises, nous sommes rapidement parvenu à une entente. » raconte Claudine Richer. « Le processus est beaucoup plus rapide et équitable que de négocier à la pièce avec chacun des cadres municipaux. » ajoute-t-elle.

La force du regroupement.

La Fédération des associations de cadres municipaux du Québec (FACMQ) offre de nombreux services à ses membres dont de l’assurance, de la protection juridique, etc. En quête d’amélioration des conditions de travail et des services à ses membres, l’Association des cadres de Saint-Jérôme a adhéré à la FACMQ.

Les services de la FACMQ sont offerts à bons coûts parce qu’elle possède la force du nombre pour négocier avec les compagnies d’assurance. Individuellement, les associations de cadres n’ont pas un aussi grand pouvoir de négociation pour obtenir de bons prix. En plus des services d’assurance, de protection juridique, etc., la FACMQ apporte de la crédibilité à l’Association de cadres face à ses membres et également face à son employeur.

« À Saint-Jérôme, certains de nos membres ont eu recours à la protection juridique de la Fédération. On a également fait appel à la FACMQ pour assister et soutenir le processus d’évaluations de postes lors des fusions municipales. Ça a apporté du poids aux échanges avec l’employeur. » raconte la vice-présidente de l’Association. De plus, les rencontres organisées par la FACMQ sont importantes pour rester à l’affût et échanger avec d’autres associations de cadres.

La FACMQ offre plusieurs services qui méritent d’être mieux connu. La FACMQ devrait faire connaître ses services au plus grand nombre possible d’associations de cadres municipaux. « Comme membre de la FAMCQ, nous pouvons aider à faire connaître la FACMQ et ses services en en parlant à nos collègues dans les autres villes. On peut aussi transférer le bulletin d’information L’Info-cadre à nos contacts. En s’agrandissant, la FACMQ ne pourra que mieux se porter et mieux nous servir. »  suggère astucieusement Claudine Richer.