CELI OU REER : LEQUEL CHOISIR ?

Lorsque vient le temps d’épargner, le CELI et le REER sont deux outils très utiles. Vous en avez sans doute déjà entendu parler, mais savez-vous vraiment ce qui les distingue ? Apprenez à mieux les connaître afin de profiter au maximum de leurs avantages et ainsi commencer à épargner en fonction de votre situation.

Compte épargne libre d’impôt (CELI)

Offert aux Canadiens1 depuis 2009, le CELI est généralement moins bien connu que le REER. Pourtant, le CELI possède de nombreux avan- tages pour les épargnants. Tout d’abord, lorsque vous placez des fonds dans un CELI, les inté- rêts qu’ils génèrent sont généralement libres d’impôt.

Puisqu’il est relativement facile d’y faire des dépôts et des retraits, le CELI peut aussi être très utile pour réaliser un projet important ou faire face à l’imprévu. Par contre, c’est avec le temps qu’il vous sera le plus profitable : plus le montant du CELI est élevé, plus vous touchez d’intérêts exempts d’impôt.

La cotisation maximale annuelle permise par la loi est de 5 500 $2, quel que soit votre revenu. Les droits de cotisation non utilisés sont reportés aux années suivantes et s’accumulent.


Régime enregistré d’épargne retraite (REER)

Le REER, pour sa part, est un outil d’épargne à long terme puisqu’il vise à économiser en prévision de la retraite.
Les sommes que vous déposez dans un REER sont déduites de votre revenu imposable. Tant que votre capital demeure dans un REER, il croît à l’abri de l’impôt, de même que les intérêts qu’il génère. Vous payerez quand même de l’impôt sur cet argent, soit au moment où vous le retirerez de votre REER. Toutefois, il est logique de pré- sumer que vos revenus à la retraite seront moins élevés et que vous pourrez ainsi bénéficier d’un taux d’imposition plus bas.

La cotisation à votre REER est limitée à 18 %3 de votre revenu de l’année précédente, jusqu’à concurrence de 24 270 $4. Comme pour le CELI, vos droits s’accumulent si vous ne les utilisez pas et sont inscrits dans votre avis de cotisation.

Lequel choisir ?

Le REER donne accès à des programmes comme le RAP (lors de l’achat d’une maison) et le REEP (à l’occasion d’un retour aux études) et permet de contribuer au REER du conjoint tout en profitant de la réduction d’impôt.
Le CELI, quant à lui, est pratique si vous avez besoin d’argent rapidement ; vous pouvez en retirer le montant que vous voulez quand bon vous semble sans payer d’impôt et sans que cela affecte vos droits aux différents crédits et presta- tions fédéraux fondés sur le revenu.

Parce qu’ils offrent des avantages différents, le CELI et le REER ne sont pas concurrents, mais plutôt complémentaires. C’est pourquoi nous ne devrions pas les considérer indépendamment. Chaque situation est particulière et propre à chaque épargnant. Ainsi, il vaut mieux consulter votre conseiller en sécurité financière qui guidera votre choix selon votre profil.

Chose certaine, le CELI et le REER sont des outils payants. Utilisez-les!

Pour s’y retrouver:

REER : Régime enregistré d’épargne-retraite
CELI : Compte d’épargne libre d’impôt
FERR : Fonds enregistré de revenu de retraite
RAP : Régime d’accession à la propriété
REEP : Régime d’encouragement à l’éducation permanente


1. Certaines conditions s’appliquent.
2. Le montant maximal a été indexé en 2013; il était auparavant limité à 5 000 $.
3. Si vous cotisez à un fonds de pension, ce pourcentage peut différer.
4. Pour l’année 2014.

Ce sujet vous intéresse ? Communiquez avec un conseiller en sécurité financière sans tarder. Il vous donnera tous les renseigne- ments nécessaires sur le REER et le CELI.